By

En cette sombre époque où dominent les nouvelles désespérées d’un monde en branle, écouter les Preachin’songs d’Electric Bazar Cie vous fera l’effet d’une bonne lampée de whisky. Au goût de vérités et d’amertumes, bues avec soif comme on croque dans la vie.

Une lame de fond sonore vous entraînera alors comme dans un livre totem, passeur de blues et de musiques de transe. Maniant sans vergogne toute l’ambivalence des prêches américains, les Bazar subtilisent le ton et l’ardeur des révérends en tous genres, pour les jouer dans un contexte au coude à coude.

Batterie et contrebasse gorges serrées (Baby when I’ll go). Amplification de rythmes insistants et d’arrangements déclencheurs, ou déviant à plaisir les imaginaires convoqués. Ici telle sonorité gnaoua montant d’une ligne de blues (It is your fault Maria), là un écho aux riffs highlife du Bénin (Follow me). Dans les crescendos répétitifs, les motifs progressent en spirale : aucun doute sur l’effet  vous êtes en pleine grande messe du Rock’n’Roll !

© DR

Ce nouveau disque est issu du répertoire crée en 2016 version chapiteau avec la Cie Xav To Ylo  « Rock’n’Roll is your mission », mêlant musique, danse, théâtre et arts du cirque.

L’expérience de la scène est là : on entre dans un univers complet où musique et narration se conjuguent, entraînées l’une et l’autre par quatre musiciens. Ils jouent une histoire.

Le fil rouge de Preachin songs est un monde d’icones aux masques lointains, de crânes animalesques. Images inventées, multipliées, foisonnantes.

Il y a une arme, a light & a dark, un bayou et des mécréants, des toupies, des incantations.

C’est une boîte à musique vivante –cri, amour et mort-  (Coffin or ashes), où les personnages voguent sur le « vaisseau de feu », de chapiteaux en bars et festivals. Ils jouent une histoire à réveiller les morts.

Un rite initiatique, une espèce de prêche antidote à l’acceptation et la résignation « permettant à ses fidèles de retrouver une forme rudimentaire de la vie collective, de manifester leurs talents artistiques et procurer le sentiment exaltant d’entrer en contact avec le surnaturel », dirait Alfred Métraux … en parlant du vaudou…

Et parce que « Brest c’est Byzance », Electric Bazar Cie fêtera sa sortie de disque au Vauban le 22 juin, avec moult invités…

Le 22 juin au Vauban, à 20h30. Les infos ici.
Pour plus d'informations sur le disquehttps://www.helloasso.com/associations/bazar-electric/collectes/electric-bazar-cie-souscription-pour-le-nouvel-album-preachin-songs
Site Web : Electric Bazar Cie

Le clip du titre Wake Me Up : ici

About the Author

Formée aux pratiques de médiation culturelle, Cécile travaille depuis dix ans dans le milieu culturel et associatif (scènes jazz & musiques populaires, labels, café-concert). De Marseille, Paris et du centre Bretagne, elle a enregistré des sons et créé un module radiophonique : Les Instantanés. La musique, ou plutôt la vie, passe par l’écriture : poèmes, chansons, communiqués, éditos. Mais aussi par le faire écrire, à travers l’animation d’ateliers d’écriture et les projets collectifs, dont un nouveau duo avec Pol Jézéquel (guitares & poésie). Aujourd’hui brestoise, elle a rejoint Le Poulailler pour répondre à l’appel de nouvelles plumes. Chroniques, récits d’expérience…

 

Leave a Reply