By

Le centre culturel de rencontres d'Ambronay se veut passeur. Passeur de musique baroque, de musique sacrée, passeur et dénicheur de talents, via son festival, mais aussi ses actions culturelles, ses résidences et son soutien à la création, et depuis dix ans par son label Editions Ambronay. Ce label, pour «les mélomanes curieux», en cohérence avec les actions du CCR promeut la création, les artistes émergents ou les talents reconnus. Ce dernier disque de 2014, Conversations avec Dieu est le premier du Concert Etranger, ensemble composé de musiciens du monde entier, créé et dirigé par Itay Jedlin.

Qu'est-ce que converser avec Dieu? Le supplier? Le remercier? Le glorifier? Une conversation nécessite une réponse. Comment la réponse de Dieu nous parvient-elle? C'est à ces questions qu'essaie de répondre le disque.

Le livret et la réflexion de Laurent Guillo nous plongent d'emblée dans ce questionnement en nous proposant des éléments de réponse à travers son analyse des textes et des partitions. À leur manière, les pièces d'Andreas Hammerschmidt, Gerog Philipp Telemann, Samuel Scheidt, Nikolaus Bruhns illustrent différemment ces échanges: dialogues, supplications, prières... Le Concert Étranger rencontre ces compositeurs dans cette volonté de toucher Dieu, de l'interpeller, de se faire entendre, à travers les voix et le travail des instrumentistes. À l'écoute de cette musique s'installe en nous la sensation d'être tournés vers le ciel, la répétition de textes est une manière d'en demander toujours plus, plus fort, plus haut.

Dans le dialogue à quatre voix Ach Gott, warum hast du mein vergessen (Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné), le ténor Jeffrey Thompson (qui en fait une interprétation magnifique) y dialogue subtilement avec les trois autres solistes qui se posent, eux, tout en retenue dans la musique.

On admire par ailleurs la clarté du contrepoint dans cette interprétation: on suit les voix, on comprend les réponses, on entend les entrées dans une écoute parfaite, un travail impressionnant de timbres et d'harmonie. C'est la grande force de ce disque!

Le disque a été enregistré dans l'église de Champcueil, à l'instar du disque de l'ensemble Marguerite Louise (Motets pour une princesse). Dans celui-ci, le choix de laisser autant de réverbération peut gêner à l'écoute, mais il ajoute un aspect "paroissial" à ces conversations, tout comme l'alternance de pièces d'orgues.

 

Stéphane DEBATISSE
About the Author

Amoureux de Bach, Purcell et Monteverdi, Stéphane ponctue ses écoutes baroques d’un peu de folk et de blues… Grand lecteur de fantaisie et de bande-dessinée, il aime aussi les recettes de cuisine!

 

Leave a Reply