By

front

Ars'ys, ou l'élan initial, l'impulsion. Un ensemble d'ensembles, un laboratoire musical qui a déjà donné du son aux minéraux dans Spirale,  et aux couleurs dans Arcobaleno. Vous savez, l'andante du vert, "reposant, rafraîchissant et altruiste", la valse jazzy de l'indigo "libérant et protecteur" ou encore la course folle de l'amazonite dans les tuyaux de l'orgue de la cathédrale de Quimper. L'écriture d'Hervé Lesvenan est surprenante, légère, subtile. Le prochain opus en préparation, Bro-oadow-Pays-âges, est une invitation à un voyage sur la lande bretonne comme vous pouvez vous sentir libres de l'imaginer. Sobre et délicatement arrangée, la musique d'Hervé Lesvenan porte des textes (en breton, bien sûr) d'Armel an Hejer.

Depuis sa création en 2001, quel a été le parcours d'Ars'ys?

Nous avons donné nos premières représentations à la Scène Nationale de Quimper en 2001. La vie d'un ensemble est parfois éphémère mais Ars'ys  perdure! Depuis sa création, j'ai composé un répertoire autour de textes, d'images, d'idées ou de spectacles avec diverses orchestrations et modes de jeu, improvisés ou pas. Sept albums, une trentaine de partitions éditées aux éditions buissonnières. Nous avons joué en France et en Belgique. Et pour tout le monde:  L'orgue des couleurs, spectacle jeune public, a été créé à la Cité de la musique et au festival international de Toulouse-les-orgues.

Les albums Spirale et Pêcheurs de goëmon remontent à 2005. C'est le temps qu'il fallait pour mûrir Bro-oadow?

En réalité, nous avons créé et enregistré Arcobaleno en 2009. Nous avons également enregistré en 2012 la colonne sonore d'Armorica (Coop Breizh) et recréé pour orchestre symphonique l'Hymne aux bâtisseurs en 2013. Il existe un CD live de ce concert qui a ouvert le festival de Cornouaille en 2013.
Entre temps, je me suis également consacré  à l'écriture de nouvelles pièces dont une commande des conservatoires de Bretagne pour choeur, la vita è la vita et à l'édition de nombreuses partitions. Un recueil de "mélodies d'ici et d'ailleurs" paraîtra en février 2016, qui présentera de nombreuses mélodies arrangées pour voix et piano (ou orgue). On y trouvera également de nouvelles compositions, dont celles que vous pourrez découvrir dans le nouvel enregistrement Bro-oadow / pays-âges  avec Armel an Hejer au chant.

 

Comment avez-vous rencontré Armel an Hejer? Quelle est la genèse de cet opus, comment avez-vous travaillé ensemble?

Je connaissais le travail d'Armel an Hejer depuis longtemps. Nous sommes partis de supports poétiques, d'images, de lieux importants à nos yeux, et nous avons imaginé. C'est aussi comme cela que le public pourra entendre et voir ce travail: en inventant sa propre vision, sa propre histoire.

La sortie de l'album sera suivie d'une série de concerts et un spectacle sera créé au Théâtre de Cholet le 4 juin 2016.

Vos compositions se situent à la croisée des chemins du traditionnel, du jazz, du baroque... Votre projet musical est-il une recherche de décloisonnement?

Le décloisonnement artistique est pour les musicologues en ce début de XXIème siècle une caractéristique essentielle. Mon travail de composition n'y échappe pas, et aujourd'hui, ce qui compte, c'est qu'il soit traversé par ma propre identité ; certaines de mes partitions peuvent être complexes, d'autre au contraire beaucoup plus naïves. Je mène avec mes compagnons de route que sont Loïc Bléjean, Marta Gliozzi, Ronan Baudry, Armel an Hejer et bien d'autres une recherche commune de singularité, par des orchestrations et des modes de jeu dont les frontières de l'oralité et de l'écrit se confondent.

http://www.ars-ys.com

About the Author

Elevé dans une ambiance sonore éclectique, musicien dans l'âme plus que dans les doigts, Matthieu apprécie les expériences nouvelles autant qu'une symphonie de Chostakovitch ou une gavotte. Son approche est souvent un peu décalée, parfois technique, et s'ancre librement dans le ressenti.

 

Leave a Reply