By

Vinvilla Lecocq, Loïc Becam et David Peroncini sont tous les trois étudiants du master management du spectacle vivant à Brest. Samedi 16 mars, ils nous invitent à découvrir La « fac cachée de Segalen” avec une quarantaine d’artistes. Je les rencontre dans les couloirs de la faculté de lettres pour évoquer avec eux la création et la mise en place de ce projet, mise en pratique de leur formation.

Stéphane Debatisse: Pourquoi avoir choisi la faculté de lettres comme théâtre de ce spectacle?

Vinvilla Lecocq: Nous nous sommes retrouvés tous les trois autour de deux intérêts communs: les petites formes artistiques et Brest en général parce que nous sommes tous les trois Brestois. On voulait faire redécouvrir un lieu de Brest. On a réfléchi à des endroits que tous les Brestois connaissent, et dans lesquels ils ne pénètrent pas forcément, comme la mairie, l’hôpital, le polder… On s’est promené et on s’est dit qu’à la faculté Ségalen, il y avait des détails architecturaux intéressants et originaux, des couloirs et des escaliers dans tous les sens. Les gens connaissent la façade extérieure, mais n’y sont pas entrés. Certains étudient ou travaillent ici, et ne connaissent pas ce bâtiment. On a donc eu envie de mettre ces petites formes artistiques ici pour faire découvrir ou redécouvrir le lieu de manière décalée. L’équipe pédagogique et administrative de la fac était très intéressée par le projet et a proposé de le faire pendant les Portes Ouvertes. Il y aura donc deux manières de découvrir la faculté : la manière pédagogique ou la manière artistique.

SD: Comment avez-vous travaillé avec les artistes sur l’occupation des lieux?

Loïc Becam: On a pensé le parcours en terme d’espace, et on s’est vite posé la question: doit-on s’occuper uniquement de la partie organisation, ou doit-on également s’impliquer dans la partie artistique? C’était un débat intéressant. Nous avons déterminé une cohérence globale, proposé des pistes et réfléchi avec les artistes, et nous leur avons laissé la liberté sur la manière d’investir les lieux. On a voulu des prestations très différentes pour perdre le spectateur dans le parcours labyrinthique de la fac, mais il y a un sens qui va se dégager de tout ça. C’est l’atmosphère qui en sera le fil rouge, assurée par les guides comédiens d’improvisation de la Libido et d’Impro infini. Ce qui est étonnant, c’est qu’on voulait faire découvrir un lieu aux Brestois, et que finalement, on tord la réalité à l’intérieur de ce lieu.

David Peroncini: ll y aura des espaces inédits et intimistes. le public reste un quart d’heure dans un espace dans lequel plusieurs artistes se produisent en simultané. Il devra choisir les artistes parce qu’il ne pourra pas tout voir. Nous avons souhaité jouer sur cette frustration, de devoir faire des choix et de créer son propre spectacle, unique et personnel. Il y a aura plusieurs façons de s’y confronter. Les artistes qui sont là sont intéressés par la confrontation à cette expérimentation.

SD: Comment s’est opéré le choix des artistes?

DP : Notre premier critère a été celui de la diversité.
LB: Nous avons tous les trois une pratique de spectateur assez assidue, et une bonne vision de ce qui se passe en Finistère. Cela nous a aidés à préparer cet événement. Il y aura des artistes très différents disséminés dans les étages (voir la liste ici), et un final un peu surprise avec la compagnie Après la pluie de Stéphanie Siou et Tanguy Cochennec, le Théâtre de la Coche de Steeve Brudey et la chanteuse Anne-Marie Gandon qui mêlera danse, théâtre et chant.

SD: Tout à l’heure vous évoquiez les questionnements sur votre positionnement. Quels autres enseignements vous apporte cette confrontation de votre formation à la réalité?

VL: Tout ne se passe pas comme prévu. Nous avons eu de nombreux contretemps – ce matin encore – il faut rebondir tout le temps, ne pas céder au découragement, et cela demande beaucoup d’énergie. Même si nous sommes soutenus financièrement et moralement par l’administration, le CROUS, la mission culturelle, la mairie, nous sommes en charge tous les trois des aspects budgétaire (financement, mécénat), sécuritaire, contractuel et logistique pour une quarantaine d’artistes. C’est un travail important, et nous avons hâte de voir le résultat.

fac-cachéeEn pratique: entrée libre, départ tous les quarts d’heures de 13h à 16h30, plus de détails sur le site de tacle

Stéphane DEBATISSE
About the Author

Amoureux de Bach, Purcell et Monteverdi, Stéphane ponctue ses écoutes baroques d’un peu de folk et de blues… Grand lecteur de fantaisie et de bande-dessinée, il aime aussi les recettes de cuisine!

 

Leave a Reply